Test 1 La piscine digitale de L’Echo

 

L’Echo mouille sa chemise. La transition digitale est en marche. Avec 16000 abonnées mais 130000 newsletters lues quotidiennement, L’Echo prend le tournant de la digitalisation pour sa version quotidienne et prévoit à terme une seule version papier hebdomadaire.

Quelques mois après son arrivée à la tête de la rédaction de L’Echo, François Bailly accélère la  révolution digitale. « L’Echo d’aujourd’hui, ce n’est plus L’Echo de la bourse, déclare-t-il. Notre lectorat est en pleine mutation. Il faut arrêter de penser au lecteur de L’Echo comme étant une personne âgée, cheveux grisonnant et costume cravate. 53 % des abonnés consultent le journal uniquement par le digital. Nous avons lancé un plan nommé « Reverse », pour désigner ce basculement vers le digital. »  

 

Bien entendu L’Echo se profile toujours comme un titre premium qui produit du contenu propre de qualité. Mais à côté d’articles de fond qui ne répondent pas à une actualité chaude, il s’agit de revoir une partie de la production et du timing de diffusion. Avec un pic de lecture à 8h45 mais un pic de production à 18h45, l’idée est de ne plus forcément attendre le bouclage pour produire un contenu qui peut intéresser plus tôt dans la journée.

 

Les chiffres :

  • 1532 numéros en kiosque
  • 13.622 tous abonnements
  • 15.711 total du tirage payant

 

M. De Wasseige, Barbara Dupont, Etienne Bastin, Johan Frederik Hel Guedj, Simon Brunfaut

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *