Frontières canadiennes : Mr. Trudeau sous pression

La politique intérieure de M. Trump entraine des conséquences importantes pour son voisin du nord. Le Canada enregistre en effet une nouvelle poussée migratoire qui met le gouvernement de M. Trudeau sous pression et divise la population canadienne.

 

 

L’immigration vers le Canada n’est pas un phénomène nouveau. Déjà sous l’ère de M. Reagan et M. Bush père, de nombreux immigrés arrivés au Brésil remontaient vers le nord pour trouver refuge au Canada. Ces dernières années toutefois, les chiffres étaient en baisse et de nombreux immigrés choisissaient de s’installer aux États-Unis.

La dernière campagne électorale et l’élection de M. Trump ont toutefois modifié la donne. Les discours de rejet de plus en plus présents et le nombre croissant d’expulsion ont poussé les immigrés déjà établis aux États-Unis à reprendre le chemin de l’exode.

Phénomène nouveau, on observe pour la toute première fois des femmes et des enfants qui prennent le chemin de l’exil. Les migrants qui voyagent dans des conditions extrêmement difficiles arrivent au Canada où ils sont provisoirement hébergés dans des centres d’accueil. Une fois sur place, ils entament les démarches qui leur permettront d’obtenir le titre de demandeurs d’asile.

Cet afflux d’immigrés qui risque encore d’augmenter très fort après les fontes de neige, crée de fortes tensions au Canada. Le gouvernement de M. Trudeau est sous pressions car une partie de la population attend des réponses et les sentiments hostiles gagnent du terrain dans les courants politiques dominants. Ces tensions s’ajoutent à relations déjà fortes compliquées entre les deux voisins américains qui s’opposent déjà sur des questions commerciales.

Les conservateurs durcissent le ton et on même promis de ramener l’armée aux frontières.

Une partie de la population reste toutefois très favorable à l’esprit d’ouverture prônée depuis deux décennies par le gouvernement canadien. Ainsi, les bras manquent dans l’agriculture, les espaces inoccupés ne manquent pas et des projets pourraient voir le jour pour favoriser l’intégration de la population somalienne.

Lire à ce sujet :Des milliers de migrants bravent le froid pour fuir l’Amérique de Trump où ils craignent une expulsion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *